in

Observatoire des fondamentalismes : Ihsane Haouach, la STIB et le Shariah Friday anderlechtois

Cachez ce complotisme : L’Observatoire des Fondamentalismes à l’épreuve de la rigueur scientifique et de la complexité

A l’heure où se déroule un débat houleux sur les questions de neutralité et de discrimination, certains ont cru bon de faire entendre leur voix sur cette actualité déjà assez brûlante. Depuis quelques jours, à l’occasion de cette polémique, l’Observatoire des Fondamentalismes n’a cessé de s’attaquer, notamment sur Twitter, à tous ceux qu’ils considèrent comme les « agents cachés » de l’islamisme, des salafo-fréristes, des cryptofrères musulmans, des agents d’influence turco-qatari et bien d’autres accusations dont l’usage fantaisiste dit bien plus de leur non-maitrise de ses concepts que de la réalité. Petit retour dans les territoires perdus de la rigueur scientifique.

Car visiblement, notre fameux Observatoire voit flou. Peut-être est-il encore aigri par le non-évènement qu’a été la sortie de son livre « Cacher cet islamisme : voile et laïcité à l’épreuve de la Cancel Culture ». Il faut dire que leurs biais idéologiques n’aident pas à corriger leur vision. Biais dont sont truffées leurs récentes sorties sur les réseaux sociaux, dans lesquelles se retrouvent des éléments relevant indéniablement de la logique complotiste.

En effet, tout l’argumentaire de l’Observatoire repose sur le postulat que nous subirions une sorte d’islamisation, voire de conquête, de l’intérieur menée par un ennemi de l’intérieur (évidemment) fourbe et habile, qui aurait un agenda politique et des agents cachés sous couverture et/ ou des collaborateurs.

Dans leur grille d’analyse, un simple tweet rappelant l’importance de la prière du vendredi pour le musulman pratiquant relèverait en réalité d’une volonté des Frères Musulmans d’islamiser la société. Un musulman fermant son commerce un vendredi en raison de la prière serait l’agent, le collaborateur ou la victime de l’islamisme (nous laisserons l’Observatoire statuer sur eux dans sa grande sagesse)[1].

En plus de voir flou, l’Observatoire voit rouge, ou plutôt vert. Regardons la réaction de l’Observatoire et de sa directrice, Fadila Maaroufi à la nomination d’Ihsane Haouach au poste de commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes[2] :

Quand on s’intéresse au profil de Ihsane Haouach que madame Maaroufi se permet de traiter d’islamiste, on voit qu’il s’agit d’une jeune musulmane diplômée en économie, active dans le milieu associatif musulman et de la jeunesse de manière générale et qui a notamment participé à la création et au développement d’associations destinées à la jeunesse comme TYN ou Ras El Hanout. Ses associations organisent des activités autour du développement personnel, de la découverte, du débat, de l’entrepreneuriat, du théâtre, etc. Il faut avouer qu’on a fait mieux en termes d’islamisme.

Extrait d’un programme de TYN. Les islamistes ne reculent décidément devant rien. A faire froid dans le dos[3]

Mais cette ignoble famille d’islamistes ne s’arrête pas là dans sa vile tentative d’islamiser la Belgique. Salma Haouach (sœur d’Ihsane Haouach) a insidieusement infiltré l’équipe de communication du…Mouvement Réformateur dont les positions du président Georges-Louis Bouchez sur la polémique du voile à la STIB et la neutralité du service publique rejoignent celle de l’Observatoire. Nous pourrions dans une pathétique imitation de l’Observatoire et de ses incroyables capacités de déduction logique, affirmer qu’en réalité Georges-Louis Bouchez serait un agent sous influence qui ferait office d’opposition contrôlée, au service de l’entrisme islamiste. Mais nous n’avons ni le talent ni la malhonnêteté de l’Observatoire pour nous livrer à ce genre d’exercice.

Rappelons également que Georges-Louis Bouchez avait invité Mohamed Sifaoui, connu pour son combat acharné contre l’islamisme et aussi ses sorties peu élégantes sur les femmes voilées, pour une conférence sur l’islamisme. Bouchez est aussi à l’origine de la polémique sur la nomination d’Ihsane Haouach au poste de commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.[4]  Résumons : notre famille d’islamistes est composée donc d’une sœur investie dans la jeunesse et défendant des idéaux progressistes et un féminisme inclusif et d’une autre travaillant au MR… Décidément les islamistes ont bien perdu de leur superbe…

Deuxième en partant de la gauche, Salma Haouach. Georges-Louis Bouchez sous influence islamiste ? A moins qu’il ne soit sous taqiya…

Cette rhétorique de bas étage, l’Observatoire la connaît bien, puisqu’elle lui a permis de jeter l’anathème sur plusieurs personnalités ou associations. Pêle-mêle, sans aucune honte, se retrouve accusés d’être des soutiens à l’islamisme des personnalités comme Michael Privot, Nadia Fadil, Corinne Torrekens, Florence Hainaut ou des associations comme le CCIB, Empowering Belgian Muslim, European muslim Network.  Avec pour preuve, non pas une analyse réelle de leurs actions ou de leurs productions intellectuelles, du positionnement singulier de chacun de ces acteurs au sein de la communauté musulmane et dans la société de manière générale. Non, il leur suffit d’aligner quelques noms, de trouver quelques photographies, de mélanger un bon coup en saupoudrant le tout de malhonnêteté et de beaucoup d’amateurisme, et hop, on a démontré l’existence d’une cinquième colonne islamiste (au demeurant, il faut vraiment être délirant pour considérer Michael Privot comme un proche des islamistes alors qu’il défend un réformisme libéral). En résumé, tout le contraire d’une analyse rigoureuse, scientifique et honnête. Le travail de l’Observatoire ferait un excellent support pédagogique pour les universités comme contre-exemple parfait de ce que doit être un travail scientifique (si l’Observatoire désire des conseils en termes de rigueur scientifique, il peut toujours nous demander conseil ou bien prendre exemple sur notre dossier argumenté et référencé de 50 pages que nous avons écrit sur lui). Leurs « analyses » grossières et enfantines pourrait faire sourire si elles n’avaient malheureusement pas abouti aux harcèlements de certaines de ces personnalités.

Agrougrou les méchon zislamistes

Finalement, pour l’Observatoire, tout citoyen musulman ou association qui s’engage, s’investit dans sa société, bref qui s’intègre dans celle-ci et participe à la faire vivre serait en réalité un agent caché au service d’une confrérie obscure et de son programme politique… Cela doit faire beaucoup d’islamistes dans nos rues et madame Maaroufi doit vivre dans une sensation de menace permanente et dans un sentiment de persécution proche du trouble mental de la paranoïa.

Allégorie de madame Maaroufi en Belgique

De là à comparer cela à la rhétorique antisémite des siècles derniers qui présentait également les juifs comme des êtres fourbes formant une cinquième colonne, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas (jamais nous l’espérons). Ce qui nous pousse à nous interroger : quelle est réellement la cible de l’Observatoire ?  Derrière leur critique de l’islamisme, dont la définition est tellement large qu’elle englobe à peu près les trois quarts de la communauté musulmane et de ses acteurs, n’y aurait-il pas un souci avec les musulmans et une volonté de jeter la suspicion sur la moindre de leurs pratiques religieuses, même les éléments les plus basiques de la foi islamique comme la prière du vendredi ou le « salam ‘aleykoum » traditionnel ? Ou bien sont-ils juste des incompétents qui ne comprennent pas les concepts qu’ils manient et sont incapables de définir de manière précise leur objet d’étude (cf. notre article sur la notion de fondamentalisme[5]), chose que devrait pourtant savoir faire Madame Maaroufi, elle qui prétend être l’auteure d’une thèse.

Zut, l’usage de la salutation traditionnelle musulmane a permis à l’Observatoire de griller l’agenda islamiste du Majliss. Nous ferons plus attention à bien rester sous taqiya la prochaine fois[6]

Soyons clairs, le problème de l’Observatoire n’est pas ses positions qu’il peut avoir sur des sujets de société brûlants et clivants comme la neutralité des agents du service public. D’autres personnalités partagent leur avis sur la question sans pour autant verser dans leur délire et leur psychose.

Non, le souci de l’Observatoire est qu’il est dans un procès d’intention systématique et dans une perpétuelle dénonciation fantaisiste de personnalités ou d’associations ne partageant pas leurs opinions en vue de délégitimer leur parole et de les écarter du débat démocratique en faisant d’eux d’odieux infréquentables… Ce qui est la définition même de la Cancel Culture dont l’Observatoire se considère victime… Voilà un bel exemple d’inversion accusatoire. Mais l’Observatoire n’est plus à une contradiction près.

Caricature antisémite[7]. Toute ressemblance avec la rhétorique de l’Observatoire serait fortuite.

Sur la question du voile, l’argumentaire n’est guère plus sophistiqué. L’Observatoire, en manque d’originalité, recycle les habituels poncifs sur la question : étendard de l’islamisme, d’un projet politique qui veut la destruction de l’Occident et de ses valeurs (vous m’excuserez si vous trouvez mon vocabulaire un peu redondant mais vous me concéderez bien que le matériau de base est assez récalcitrant à une description riche et variée). Les femmes le portant seraient les agentes conscientes ou non de cette islamisation de l’intérieur fomentée par les perfides Frères Musulmans. Cela permet de mettre en évidence un autre mécanisme de leur discours complotiste : le refus de prendre en compte les témoignages et les études allant à l’encontre de leur thèse. Pourtant quiconque s’intéresse au minimum au voile verrait d’abord qu’il n’est pas le propre de l’islamisme mais qu’il est traité dans des textes théologiques bien antérieurs. Mais surtout, si on écoute un tant soit peu ce que disent les femmes le portant, on voit clairement que ce vêtement prend des significations différentes selon les personnes, les sensibilités et les contextes. Beaucoup se le sont réapproprié indépendamment du référentiel religieux et c’est notamment le cas de certaines féministes musulmanes qui redéfinissent le voile comme un choix (porter ou ne pas le porter, cela revient au même). Or justement, cela montre un décalage par rapport au discours normatif religieux traditionnel qui le considère comme obligatoire (le porter = bien, ne pas le porter = faute). Ce qui relève de l’obligation dans la norme religieuse devient un choix chez ces féministes qui ont décidé de s’approprier cette pratique. Ce positionnement soulève de nombreux débats au sein de la communauté musulmane qui comme n’importe qui, est traversée de tendances et de courants différents qui s’affrontent sur certains sujets.

Pour quiconque suit ces débats intramusulmans, associer nécessairement le voile à un conservatisme/fondamentalisme religieux voire à un projet rétrograde n’est pas une évidence. Les musulmanes partisanes d’un féminisme inclusif et défendant un port libre du voile sont souvent les premières investies dans des combats progressistes tels que la cause LGBT, l’égalité homme-femme, le droit à l’avortement, etc. Elles se positionnent de manière critique vis-à-vis de la posture classique de la tradition sur ces questions. Encore une fois, le schéma de l’Observatoire « voile = fondamentalisme = refus de nos valeurs » et qui réduit ces femmes à des personnes soumises et endoctrinées au service d’une idéologie ne tient pas face à un examen honnête de la réalité du terrain.

https://muslimgirl.com/we-need-to-make-muslim-spaces-more-inclusive-of-lgbtq-muslims/

Article du blog féministe musulman Muslim Girl appelant à une plus grande inclusion des LGBT

Story d’Imazi.Reine, association féministe musulmane qui a organisé la manifestation pour le droit de porter le voile dans l’enseignement supérieur.

Il ne s’agit pas de nier que le voile ou toute autre pratique de n’importe quelle culture ou religion peut avoir un sens politique (nous avons un sens de la complexité contrairement à certains…) mais le propre des pratiques religieuses ou culturelles est de se réactualiser en fonction des époques et des contextes et d’être réappropriées par les individus. Le voile n’aura pas forcément la même signification selon que l’on soit une musulmane vivant en Europe au 21ième siècle ou vivant dans un pays musulman sous domination coloniale ou lors la Révolution Islamique en Iran, ou encore selon que l’on ait une sensibilité plus conservatrice ou plus progressiste. Le sens des pratiques change avec les contextes et les individus, et l’Observatoire refuse de reconnaître cette polysémie pourtant évidente du voile. Il ne retient que le sens qui arrange ses biais idéologiques (le voile comme symbole conquérant de l’islamisme) ce qui explique les généralisations à outrance de leurs « analyses ».  La logique complotiste de l’Observatoire a la fâcheuse tendance de simplifier ce qui devrait être saisi avec intelligence et nuance.

Une fois tout cela compris, on aurait bien du mal à accorder du crédit à la thèse de l’Observatoire qui fait du foulard un étendard exclusif de l’islamisme. Mais il est sans doute plus facile de se complaire dans une infantilisation des musulmanes et une réduction de la complexité du sens que peut prendre une pratique.

 Reportage d’Alohanews mélangeant témoignage de femmes musulmanes et analyse d’experts et qui montre le caractère complexe du voile.

A ce stade, il est difficile de ne pas voir dans l’Observatoire une véritable fraude intellectuelle tant son incapacité à comprendre les dynamiques complexes à l’œuvre au sein de la communauté musulmane est flagrante. Tel un nanar se prenant pour un film d’auteur et cherchant à convaincre ses spectateurs de ses qualités incroyables, l’Observatoire essaie vainement de faire reconnaître la pertinence de ses analyses et sa légitimité scientifique sur les questions de fondamentalisme et d’islamisme mais échoue lamentablement à saisir la complexité de son objet d’étude et des notions et outils conceptuels qu’il utilise. Certaines de leurs sorties relèveraient presque du troll comme celle qui suit. Délectons-nous de cette rhétorique raffinée qui ferait pâlir d’envie un théoricien complotiste antivaxx persuadé que le vaccin modifiera son ADN :

Avis à nos agents islamistes infiltrés, n’utilisez plus le terme « désavouer » au risque de révéler notre agenda salafo-frériste au grand jour[8].

Décidément, la perspicacité de l’Observatoire n’a aucune limite… Une telle médiocrité et un tel acharnement en seraient attendrissants s’il ne se révélait pas dangereux. Car en plus d’aboutir à du harcèlement, l’Observatoire cherche à reproduire en Belgique les abus de la politique française[9] (L’Observatoire est-il un agent infiltré de la France ? Nous ne ferons aucune conclusion hâtive tant que nous n’aurons pas trouvé une photo de madame Maaroufi avec le président Macron) : intervention autoritaire de l’état, dissolution abusive, imposition unilatérale aux musulmans d’un leadership sans légitimité et d’une charte par l’Etat, etc. Malgré ce danger, nous devons bien admettre que l’Observatoire représente un divertissement dont on ne se prive pas en ces temps difficiles de pandémie.

Yahya

_________________________________________

Sources et références

[1] https://twitter.com/ObservatoireBxl/status/1398216040509755395

[2] https://twitter.com/ObservatoireBxl/status/1399469992622559237 et https://twitter.com/Maaroufi9/status/1399476792000495616

[3] https://talentedyouth.net/archives/8305

[4] https://www.lesoir.be/375453/article/2021-06-01/signes-convictionnels-ihsane-haouach-designee-commissaire-du-gouvernement-le-mr?fbclid=IwAR0NGPOa10qLdCvpRTg979LXNkcxW4vWreG3JD4Ke2ugagNBQ0fZTKRTo1o

[5] https://lemajliss.com/index.php/2021/02/01/quest-ce-que-le-fondamentalisme/

[6] https://m.facebook.com/BruxellesOf/posts/191649559085176?locale2=sw_KE

[7] Cette caricature a servi de couverture à l’édition française du Protocole des sages de Sion ouvrage complotiste et antisémite présentant un plan des juifs en vue de contrôler le monde. Pour plus de contexte sur cette caricature et cet ouvrage, consultez le site suivant :  https://histoire-image.org/de/comment/reply/15182

[8] https://twitter.com/ObservatoireBxl/status/1399301564670615552

[9] https://lemajliss.com/index.php/2020/02/12/de-linfluence-francaise-dans-le-debat-public-belge/

What do you think?

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading…

0

Qui sont les frères musulmans ?

BelgaImage

La Saga politique de la STIB, une brève contextualisation