in

La Saga sur la neutralité continue : Le cas d’Ihsane Haouach.

La Saga sur la neutralité continue : Le cas d’Ihsane Haouach.

« Il est infiniment plus facile de prendre position pour ou contre une idée, une valeur, une personne, une institution ou une situation, que d’analyser ce qu’elle est en vérité, dans toute sa complexité » – Pierre Bourdieu.

Après le problème STIB, la Belgique se retrouve à nouveau bousculée cette fois-ci au niveau fédéral. Mais que s’est-il passé exactement ? Quel a été cet emballement politique qui a amené la N-VA, MR et le Vlaams Belang à vouloir faire démissionner Ihsane Haouch, désormais ex-commissaire à l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes ? Le Majliss revient sur cette affaire rocambolesque point par point, du juridique au politique.

Qui est Ihsane Haouach ?

Ihsane Haouach est une femme belge de 36 ans, quadrilingue, diplômée d’un master de la Solvay Business School de l’Université Libre de Bruxelles en 2008. Elle vit à Bruxelles, et a commencé sa carrière dans le secteur énergétique, en finance et dans le commercial. Elle développe des compétences managériales, commerciales et de gestions de projet à l’échelle internationale. Elle est aussi entrepreneuse et ouvre la société « Alyna », une société de conseil et de formation qui vise à améliorer l’inclusion sur le marché du travail. On le voit, en parallèle à ses responsabilités professionnelles, Ihsane a toujours eu un engagement sociétal. Elle est donc, en 2021, nommée comme commissaire du gouvernement au nom de la Secrétaire d’État à l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.[1]

Si on veut globalement résumer Ihsane Haouach, nous pourrions la décrire comme une femme très active dans le milieu associatif bruxellois. En effet, Ihsane Haouach est la co-fondatrice de TYN (Talented Youth Network), association sans but lucratif, fondée en 2013, basée à Molenbeek-Saint-Jean. TYN est une ASBL qui accompagne les jeunes dans leur développement à travers des ateliers-projets permettant à chaque personne de développer des compétences diverses et de découvrir de potentielles voies de métiers pour s’intégrer dans les études ou le marché de l’emploi[2]. Cette association a déjà organisé plus de 300 heures d’activités sur tout Bruxelles et en Wallonie et a pu aider près de 2500 jeunes. TYN est donc une association prônant une vision multiculturelle en plein cœur de Bruxelles, acceptant la société belge dans toute sa diversité.

Ihsane Haouach participe aussi à l’association de théâtre bruxellois « Ras El Hanout », de 2010 à 2015, basé également à Molenbeek-Saint-Jean, qui promeut « une citoyenneté engagée vers la solidarité et la rencontre culturelle à Bruxelles ». Ras-El-Hanout signifie un mélange d’épices venues du monde entier. L’association s’est donc inspiré de ce nom pour mettre en avant le brassage et le mélange culturel typique de Bruxelles, un nom parfait pour une association prônant une telle mission de coexistence. Cette association se construit comme « un lieu de rencontre et de réflexion, où la promotion du respect, de l’égalité, des droits et de l’interculturalité, est au centre. Elle se veut aussi un lieu de lutte contre les préjugés et les discriminations »[3]. On y retrouve son frère, Salim Haouach.

En 2015, elle lance le collectif « Les Cannelles » mettant en avant l’intersectionnalité des combats entre le racisme et le sexisme. Entre-temps, ce collectif n’est plus d’actualité. Elle crée également l’association « Bruxelloise & Voilée » qui met en avant le témoignage de femmes bruxelloises discriminées dans leur vie de tous les jours.

En 2016, madame Haouach participe à la naissance de « L’Épicerie » qui est un centre culturel et éducatif à Molenbeek-Saint-Jean. Ce bâtiment contient TYN et Ras-El-Hanout. Elle développe donc, auprès des jeunes et moins jeunes, de multiples compétences. Elle a toujours mis en avant sa lutte pour l’égalité pour tous, sans jamais discriminer une quelconque personne.

Ihsane Haouach a donc une vie bien remplie dans le monde associatif. Elle quitte TYN en 2021 et devient, quelques semaines plus tard, commissaire du gouvernement à l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes le 25 mai 2021 jusqu’au 09 juillet 2021, date où elle présente sa démission après les nombreuses polémiques dont sa nomination fut l’objet.

Le renouveau de la « Saga Neutralité » :

Mais que s’est donc-t-il passé ? Elle qui a pourtant un parcours tourné vers la coexistence, le vivre ensemble et le monde associatif.  Retournons donc au commencement.

Madame Haouach est nommée comme commissaire du gouvernement au nom de la Secrétaire d’État, Sarah Schlitz (Ecolo), qui a la tutelle de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes le 17 mai 2021, mais l’arrêt la nommant ne prend application que le 25 mai 2021[4]. Quelques jours plus tard, elle annonce sur LinkedIn son début de mandat comme commissaire.[5] Son entrée en fonction arrive à la fin de la saga de la STIB où une plaignante avait gagné en procès contre la société de transport et qui a lancé une vive polémique au sein du gouvernement bruxellois. Rappelons que le parti politique DéFi menaçait même de quitter le gouvernement bruxellois si ce dernier ne poussait pas la STIB à faire un appel. Finalement, la STIB n’a pas fait appel et DéFi n’a pas quitté le gouvernement.[6] L’affaire Haouach tombe donc au mauvais moment et remet la question problématique de la neutralité, non plus seulement au niveau régional, au niveau fédéral.

La Saga sur la neutralité continue cette fois-ci, non plus avec la STIB, mais avec madame Haouach. Georges-Louis Bouchez, président du MR, dont la sœur d’Ihsane Haouach, Salma Haouach, travaille pour lui comme responsable de presse, et fête ce mardi 13 juillet sa première année complète de travail au sein du MR[7], réagit promptement à l’annonce de la nomination d’Ihsane en tant que commissaire sur Twitter : « La désignation d’une femme portant un signe convictionnel comme commissaire du gouvernement de l’institut de l’égalité homme femme est totalement contraire au principe de neutralité de l’État ».[8] Il continue en critiquant la position d’Ecolo sur la neutralité et termine en amalgamant la commissaire par une comparaison entre sa position et les « régimes islamistes » qui « persécutent les femmes ». Sa position est très simple, il est contre la liberté de pouvoir porter le voile au sein des administrations. Son parti, le MR, souhaite même interdire le voile dans le service public[9]. Bouchez n’avait visiblement pas cette même position en 2007 où il était en faveur de la liberté en matière de port du voile, il disait : « Prétendre qu’on vit dans une société ouverte, mais interdire aux femmes musulmanes de porter le voile, ou aux homosexuels de vivre leur différence au grand jour, ce n’est pas accepter l’autre, c’est vouloir que l’autre soit comme moi. » Tout en indiquant en 2012 que c’est une position personnelle[10]. Certes, il n’est pas question du voile dans l’administration publique, mais il y avait en tout cas une volonté de combattre ces discriminations que subissent les femmes portant le foulard.

Quoi qu’il en soit, le mal est fait. La polémique s’enfle et tous les partis politiques s’en emparent pour soit attaquer la commissaire soit la défendre. Elle devient, en un instant, le centre d’une polémique qui la dépasse. Bien que son nom soit cité, le débat entre politiques tourne en réalité autour de la notion de neutralité.

Les médias s’emparent du sujet

Tout d’abord il est important de comprendre ce qu’est un commissaire du gouvernement. Tout organisme public est soumis à la tutelle du gouvernement (régional, fédéral ou communautaire). Dans le but d’accomplir la tutelle, le gouvernement mandate un commissaire dans l’organe décisionnel de ces institutions ou organisme. Le commissaire a un mandat qui lui permet de mener à bien sa mission donnée par le gouvernement duquel il dépend.

Dès l’annonce, les médias cherchent à savoir qui est cette fameuse commissaire qui fait rugir les partis politiques opposés à Ecolo. La Libre publie un article sur madame Haouach qui affirme avoir découvert la discrimination durant son cursus à Solvay et se défend contre les propos de monsieur Bouchez en mettant en avant ses multiples expériences, avérées, dans le monde associatif où elle a misée sur le vivre-ensemble et combattu la discrimination.[11]

Cependant, tous les partis de la coalition Vivaldi ne suivent pas le point de vue du MR. C’est le cas de Joachim Coens, président du CD&V : « Évidemment qu’Ihsane Haouach peut porter un foulard. Elle a la liberté de choisir. Je ne comprends pas le problème ».[12] Le Premier ministre, Alexander de Croo, qui appartient soit dit en passant à la même famille politique que Bouchez à savoir les Libéraux, défend la commissaire en mettant en avant son expérience réelle sur le terrain et son CV. Il a aussi souligné que lors du conseil des ministres restreint (dit Kern) « aucun parti de la majorité n’a remis en cause la nomination d’une commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes ».[13]

Malgré cette défense de la commissaire, Georges-Louis Bouchez dit clairement durant l’émission « C’est pas tous les jours dimanche » sur RTL-TVI qu’il serait prêt à lui dire de « retirer son voile ».[14] Mais ce n’est pas lui qui le fait c’est son collègue, Corentin de Salle, qui exige d’Ihsane Haouach de retirer son foulard en plein conseil d’administration de l’Institut pour l’égalité hommes-femmes.[15]

Le co-président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet, met en avant que la coalition doit être derrière les décisions du Premier ministre, Alexander de Croo, et critique vivement les tweets de Bouchez : « Le MR ne peut pas jouer avec le feu et Georges-Louis Bouchez le fait trop souvent. On le sait, il est dans une forme olympique. Il est nerveux sur Twitter, etc. Mais là, on a franchi une ligne qui fragilise le Premier ministre par rapport aux nationalistes flamands. L’objectif de la Vivaldi n’est certainement pas celui-là. On doit être derrière les décisions du gouvernement. Quand le Premier ministre vient s’exprimer au Parlement, il n’est pas question qu’on force un ministre à le contredire ». Il rajoute : « Il faut que les actes puissent être vérifiés comme étant impartiaux »[16]. Cette défense nous mène inéluctablement sur un débat philosophique, politique et historique de la compréhension de la « neutralité » ou de la « laïcité ».

Des députés du MR, parti historiquement anticlérical mais qui se trouve paradoxalement être le parti favori des catholiques pratiquants depuis plusieurs années, prônent une certaine vision de la neutralité, une neutralité exclusive.[17] Cette vision met en avant que l’habit doit être « neutre ». Mais qu’est-ce qu’un habit neutre ? Là est l’éternel débat. Chaque société est la création d’une idée, d’une vision, d’une histoire propre qui se retrouve autant dans la loi que dans les normes sociologiques. Ce qui amène à des différences notables entre les sociétés humaines. Un habit neutre ne peut exister, il n’est qu’une construction sociale, il est la « norme » dans une société donnée. Si la nôtre n’était pas une société libérale capitaliste, peut-être que nous aurions une autre vision d’un « habit neutre ». L’« habit neutre » devient ainsi une notion abstraite. C’est pourquoi d’autres misent sur l’importance du service rendu et ce qu’importe l’apparence de la personne. Le service rendu, pouvant quant à lui être clairement clarifié contrairement à la norme abstraite de « l’habit neutre ». Cette vision de la laïcité se retrouve par exemple au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis.

L’assaut sur une erreur de vocabulaire

La tempête se transforme en ouragan après l’entretien d’Ihsane Haouach accordé au journal Le Soir. Elle répond à la question suivante posée par les journalistes : « Vous mesurez que c’est un bouleversement majeur pour la société belge, aux yeux de certains, un renoncement aux principes fondamentaux sur lesquels l’Etat s’est construit ? ». Cette dernière répond : « Les principes fondateurs ne sont pas mis en danger par l’apparence, mais par la montée des réactions d’extrême droite. La discussion n’est pas : est-ce qu’on remet en cause la séparation de l’Église et de l’État ? C’est : comment la décline-t-on avec un changement démographique ? ».[18]

L’utilisation du terme « démographique » pousse les partis politiques contre elle, cherchant à la faire passer pour une membre des « frères musulmans voulant islamiser la société ». Ce terme déclenche une polémique énorme et certains députés n’hésitent vraiment pas à calomnier la commissaire comme ce fut le cas de Darya Safai, NVA qui accuse madame Haouach d’avoir dit « que le principe de la neutralité doit être adapté selon les règles de l’Islam »[19].

Plusieurs personnalités politiques lancent des accusations contre elle et remettent en question sa « neutralité ». C’est le cas du MR, NVA, CD&V, Open VLD, CDH, Vlaams Belang et DéFi. Sophie Rohonyi, DéFi, accuse Ihsane Haouach d’être une militante, de même que Georges Dallemagne, CDH, qui s’oppose également contre elle. Celui qui ira le plus loin étant Dries van Langehoven, Vlaams Belang, qui met en évidence que « Haouach menace la démocratie et la liberté en Belgique, et que cela est le but de tout musulman », il hurle, après la réponse du Premier ministre, que Haouach ferait de la « Taqiya ».[20]

Haouach répond à la polémique, quelques jours avant le rassemblement à la chambre des représentants, sur Facebook en clarifiant ses positions. Elle met en avant que l’Etat doit garder le principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat et que l’ingérence n’est aucunement acceptable : «  Je considère qu’en aucune circonstance le religieux ne peut s’ingérer dans la gestion de l’État, ni prédominer sur le civil dans l’organisation de notre société. Chacune et chacun est libre d’avoir des convictions et de les exprimer, y compris dans l’espace public, à la condition de ne pas entraver la liberté d’autrui. La séparation des Églises et de l’État et la neutralité de l’État sont des conditions du vivre-ensemble : elles permettent à toutes les convictions et philosophies d’être traitées équitablement par l’État. ». Elle explique, par ailleurs, le terme de « démographie » : « Lorsque j’ai évoqué la démographie, ce n’était en aucun cas pour y conditionner le principe ou relativiser la portée de la séparation des Églises et de l’État (…). Le mot « démographie » était mal choisi et je le regrette car il n’avait pas sa place dans ce raisonnement. Mon propos n’a donc jamais consisté à remettre en cause ce principe ni son application, mais à préciser – peut-être maladroitement – que ce principe pouvait se décliner différemment selon les contextes. Je m’explique à travers un exemple : en France, le principe de la séparation des Églises et de l’État et celui de la neutralité de l’État vis-à-vis des cultes ne s’appliquent pas de la même manière qu’en Belgique. La Belgique reconnaît et finance les cultes reconnus tandis que la République française ne reconnaît ni ne subventionne ni ne salarie aucun culte. Pourtant, ce sont deux pays où l’État et les Églises sont séparés. Un même principe, deux déclinaisons différentes. C’est un exemple, parmi d’autres, qui peut éclairer la réflexion qui m’anime. »[21]

Ce qui est tout à fait correct. Le lien avec la démographie est étroit car il appelle des notions d’histoire et de science politique. En effet, comme nous le disions plus haut, chaque société se construit différemment et met en avant certaines libertés plus que d’autre. Si nous prenons le cas des USA, une nation formée par des populations appartenant à des cultes différents et minoritaires, cette société met bien plus en avant la liberté religieuse qu’en France. De plus, il est important de préciser qu’Ihsane Haouach a accordé cette interview à titre personnel et non pas en tant que commissaire du gouvernement[22].

Mais cela ne suffit visiblement pas. Georges Dallemagne en profite pour l’accuser de « communautarisation », ce qui est assez drôle en Belgique puisque c’est un pays qui octroie une grande liberté aux « communautés »[23].

De nouvelles accusations

La commissaire, fraîchement nommée, démissionne à la suite d’attaques virulentes à son égard et au cirque politico-médiatique qui gravitait autour. Mais à nouveau, cela ne suffit visiblement pas puisqu’elle est jetée au pilori cette fois-ci par la… presse. La presse se hâte sur toutes les nouvelles informations qui la concernerait, et ce sans aucun recul ni critique. C’est ainsi qu’une rumeur sur un rapport de la Sûreté de l’Etat qui établirait des liens entre la commissaire et les « frères musulmans » surgit dans la presse. Ce qu’elle rejette directement en bloc[24].

Cette rumeur est affirmée par la suite par l’ « Observatoire des fondamentalismes » qui mettait, bien avant le rapport, de « potentiels liens » d’Haouach avec les « frères musulmans » par le biais de ses « fréquentations ». Georges Dallemagne, membre de cette « organisation » peu sérieuse profite de cette « confirmation » de la Sûreté de l’Etat pour en rajouter une couche en prétextant que ce rapport serait « inquiétant » et que les « frères musulmans seraient très actifs et qui ont un agenda politique contraire à nos libertés fondamentales »[25]. Sauf que toute cette histoire s’avère être totalement fausse. Puisque la Sûreté de l’État ne conclut pas du tout qu’Ihsane Haouach est membre des Frères musulmans et qu’une part des informations de la Sûreté de l’État sont au conditionnel[26].

La presse cède à la tentation de la rapidité d’information et a entraîné avec elle les politiciens les plus virulents qui ne souhaitent qu’instrumentaliser cette affaire pour se mettre en avant comme un parangon de la « neutralité » et ce au prix de l’honnêteté. À aucun moment la note de la Sûreté de l’État n’évoque son appartenance à l’organisation des Frères musulmans et encore moins qu’elle devrait être démise de ses fonctions parce qu’elle représenterait un danger pour l’État ou pour nos valeurs.[27] La presse s’est prêtée au cirque politique et a totalement raté son but de vérification de l’information, des FakesNews à son encontre ont été relayées ce qui est grave. Comme l’explique Himad Messoudi, journaliste politique à la RTBF, « Que des politiques attaquent bille en tête sans nécessairement chercher à être dans le vrai, malheureusement, ça arrive souvent. Mais notre job, normalement, c’est de résister à cela. Ce week-end, malheureusement tout le monde a cédé à la tentation. C’est un beau foirage. Et il n’y a pas de quoi être fier »[28].

Conclusion

Que faut-il retenir de cette histoire, de ce brouhaha d’informations qui ont bombardé les réseaux sociaux pendant près d’un mois et qui ont instauré un climat stigmatisant pour madame Haouach ? La première des choses, et non des moindres, est que c’est la première fois que la nomination d’une commissaire fait autant de bruit. Il suffit de voir le nombre de commissaires au gouvernement qui n’amène aucun bruit, alors qu’ils devraient puisque certains commissaires cumulent des postes et arrivent à accumuler des revenus astronomiques venant de l’argent public. C’est le cas par exemple de Thierry Detienne qui cumule 8 missions en 2019 dont 7 rémunérées et touchant à peu près 92.038,10 euros brut.[29] Mais c’est aussi le cas de Johan Dhondt cumulant 7 missions en 2019 comme commissaire et touchant 89.013,65 euros brut[30]. La liste est encore bien longue et pourtant seule Ihsane Haouach est concernée par une polémique émanant essentiellement d’une incompréhension sur un terme[31].

Mais pourquoi donc cet acharnement contre elle ? La NVA, MR, DéFI, CDH, Vlaams Belang doutent-ils vraiment des compétences de madame Haouach ? Ou est-ce tout simplement une instrumentalisation de l’affaire dans un but électoraliste ? Faut-il véritablement rappeler qu’Ihsane Haouach a une expérience réelle de terrain et que son parcours est là pour le prouver ? Non. Nous ne le pensons pas.

Pourquoi une telle animosité contre elle ? Est-ce vraiment pour le terme « Démographie » ? Alors que le bourgmestre libéral de Malines, Bart Somers (OpenVLD), disait la même chose qu’elle ? N’est-ce pas lui qui disait il faut tenir compte des changements démographiques de la population à Malines et que cette dernière serait « un exemple pour la Flandre en termes de société multiculturelle »[32] ? Sa parole n’a jamais fait polémique. Personne n’a menacé Bart Somers de vouloir détruire notre démocratie ou nos libertés. Pire, au même moment où Haouach se faisait laminer en public, Bart De Wever, président de la NVA, a tenu un propos qui pourrait réellement porter atteinte à la nation belge. En effet, il a évoqué le besoin d’un « nouveau coup d’État » en faisant référence au gouvernement qui a été formé à Loppem juste après la Guerre mondiale en dehors de la constitution. Ceci expliquerait peut-être le fait que les députés de la NVA et du Vlaams Belang étaient les plus actifs sur Haouach et que la presse belge n’a pas réagi sur les propos de Bart De Wever. [33]

Ce climat délétère à des fins d’électoralisme (notons que DéFi, MR, NVA et sans oublier le Vlaams Belang ont très vite sponsorisé sur les réseaux sociaux leurs réactions agressives, et pour certaines calomnieuses, à la Chambre des Représentants à l’égard de l’ex-commissaire) a réduit Ihsane Haouach à un foulard, à des représentations islamophobes et aux raccourcis sur des théories du complot comme l’« islamisation de la société ». Nous avons assisté à une déshumanisation de la personne d’Ihsane Haouach. Tout cela pourquoi ? Pour un salaire de 1000 euros brut par an pour un travail de 4h pars mois.[34] Rien n’aura suffi à montrer qu’elle était capable, car là n’était pas en réalité le problème. Il était d’une autre nature. S’il y a une chose à retenir c’est le rejet d’une dame à l’Institut de l’égalité entre les hommes et les femmes, un magnifique paradoxe s’il n’avait pas touché de plein fouet la vie d’une personne. Le chemin s’avère donc très long pour cette dite égalité. Le port du foulard devenant ainsi peu à peu une question centrale tant au régional qu’au fédéral désormais, attisant ainsi davantage le rejet de l’autre.

  •                                                                             Hermès

_________________________________________________

Sources & références :

Retrouvez notre article sur la STIB – ici

[1] Voir son CV disponible sur Expertalia, << https://expertalia.be/users/ihsane-haouach>>, (Consulté le 09-07-2021)

[2] Voir le site de TYN, <<https://talentedyouth.net/#a_propos>>, (consulté le 09-07-2021).

[3] Voir le site de Ras-El-Hanout, << https://ras-el-hanout.be/a-propos/>>, (Consulté le 09-07-2021).

[4] Le moniteur belge, Arrêté royal portant désignation d’une commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, 17-05-2021, <<https://cutt.ly/TmPntyj>>, (consulté le 10-07-2021).

[5] LinkedIn d’Ihsane Haouach, <<https://www.linkedin.com/posts/ihsane-haouach-7b025ab_travail-egalite-genre-activity-6805064792018042881-4G-v>>, (Consulté le 10-07-2021).

[6] Retrouvez notre article complet sur cette saga ici : <<http://lemajliss.com/index.php/2021/06/18/la-sage-politique-de-la-stib-une-breve-contextualisation/>>.

[7] La Meuse, Salma et Ihsane Haouach, deux sœurs au cœur de la tourmente, 04-06-2021,<< https://lameuse.sudinfo.be/794133/article/2021-06-04/salma-et-ihsane-haouach-deux-soeurs-au-coeur-de-la-tourmente>>, (Consulté le 11-07-2021).

[8] Twitter, Georges-Louis Bouchez, 01-06-2021, <<https://twitter.com/GLBouchez/status/1399680833766756355>>, (consulté le 11-07-2021).

[9] Le Soir, Le MR revient à la charge et veut une loi pour interdire le voile dans le service public: “Quand vous travaillez pour l’État, vous devez accepter d’être neutre”, 26-05-2021, <<https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/le-mr-veut-une-loi-pour-interdire-le-voile-dans-le-service-public-60ad44a07b50a61dfe19b938>>, (Consulté le 11-07-2021).

[10] Le Vif, “Mons doit devenir une ville libérale”, 26-01-2012, <<https://www.levif.be/actualite/belgique/mons-doit-devenir-une-ville-liberale/article-normal-160355.html>>, (Consulté le 11-07-2021).

[11] La Libre, Un CV en béton, mais un voile qui dérange : qui est Ihsane Haouach, la nouvelle commissaire du gouvernement fédéral ?, 01-06-2021, <<https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/un-cv-en-beton-mais-un-voile-qui-derange-qui-est-ihsane-haouach-la-nouvelle-commissaire-du-gouvernement-a-l-egalite-entre-les-femmes-et-les-hommes-60b685c99978e20c601e7466>>, (Consulté le 11-07-2021).

[12] RTL-info, Ecolo désigne Ihsane Haouach comme commissaire du gouvernement en pleine polémique autour du voile: “Une coïncidence”, assure le parti, 01-06-2021, << https://www.rtl.be/info/belgique/societe/ecolo-designe-ihsane-haouach-comme-commissaire-du-gouvernement-en-pleine-polemique-autour-du-voile-une-coincidence-assure-le-parti-1303237.aspx>>, (Consulté le 11-07-2021).

[13] RTBF, Voile : le Premier ministre défend la désignation d’Ihsane Haouach comme commissaire du gouvernement, 03-06-2021, << https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_voile-le-premier-ministre-defend-la-designation-d-ihsane-haouach-comme-commissaire-du-gouvernement?id=10775193>>, (Consulté le 11-07-2021).

[14] RTL-Info, Georges-Louis Bouchez sur la nomination d’Ihsane Haouach: “La question, ce n’est pas d’être voilée ou non”,°6-06-2021, << https://www.rtl.be/info/belgique/politique/georges-louis-bouchez-sur-la-nomination-d-ihsane-haouach-la-question-ce-n-est-pas-d-etre-voilee-ou-non–1304349.aspx>>, (Consulté le 11-07-2021).

[15] La libre, Incident au CA de l’Institut pour l’égalité hommes-femmes : Corentin de Salle (MR) demande à Ihsane Haouach de retirer son voile, 30-06-2021, << https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/incident-au-ca-de-l-institut-pour-l-egalite-hommes-femmes-corentin-de-salle-mr-demande-a-ihsane-haouach-de-retirer-son-voile-60dcb6d59978e26ce10253d3>>, (Consulté le 11-07-2021).

[16] RTL-info, Alexander De Croo sommé de s’expliquer 2 fois sur la nomination d’Ihsane Haouach: “C’est un précédent dangereux qui fragilise”, estime Jean-Marc Nollet, 13-05-2021, << https://www.rtl.be/info/belgique/politique/alexander-de-croo-somme-de-s-expliquer-2-fois-sur-la-nomination-d-ihsane-haouach-c-est-un-precedent-dangereux-qui-fragilise-estime-jean-marc-nollet-1305945.aspx>>, (Consulté le 11-07-2021).

[17] Ghali, Soraya, Athée, musulman, catholique… Qui a voté quoi, Le Vif, n°22, 30.05.2019, p.43.

[18] Le Soir, Ihsane Haouach: «Je me suis sentie agressée, j’envisage de porter plainte», 03-07-2021, << https://plus.lesoir.be/381979/article/2021-07-03/ihsane-haouach-je-me-suis-sentie-agressee-jenvisage-de-porter-plainte>>, (Consulté le 11-07-2021).

[19] La chambre des représentants, Plénière : Questions, projets de loi et propositions, interpellations, votes. Déclarations de la commissaire du gouvernement, 08-07-2021, << http://www.lachambre.be/media/index.html?language=fr&sid=55P117>>, (Consulté le 09-07-2021).

[20] Ibid.

[21] Facebook d’Ihsane Hch, 07-07-2021, <<https://www.facebook.com/ihsane.haouach/posts/10165201666470231>>, (Consulté le 07-07-2021).

[22] Le Soir, Ihsane Haouach: «Je me suis sentie agressée, j’envisage de porter plainte», 03-07-2021, << https://plus.lesoir.be/381979/article/2021-07-03/ihsane-haouach-je-me-suis-sentie-agressee-jenvisage-de-porter-plainte>>, (Consulté le 11-07-2021).

[23] La chambre des représentants, Plénière : Questions, projets de loi et propositions, interpellations, votes. Déclarations de la commissaire du gouvernement, 08-07-2021, << http://www.lachambre.be/media/index.html?language=fr&sid=55P117>>, (Consulté le 09-07-2021).

[24] RTBF, Démission d’Ihsane Haouach : elle invoque des raisons personnelles et nie tout lien avec les Frères musulmans, 10-07-2021, << https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_demission-d-ihsane-haouach-elle-invoque-des-raisons-personnelles-et-nie-tout-lien-avec-les-freres-musulmans?id=10801756>>, (Consulté le 11-07-2021).

[25] Le Soir, Georges Dallemagne (CDH): «Le rapport des renseignements sur Ihsane Haouach est inquiétant», 12-07-2021, << https://plus.lesoir.be/383469/article/2021-07-12/georges-dallemagne-cdh-le-rapport-des-renseignements-sur-ihsane-haouach-est>>, (Consulté le 12-07-2021).

[26] Bx1, La Sûreté de l’État ne conclut pas qu’Ihsane Haouach est membre des Frères Musulmans, 12-07-2021, <<https://bx1.be/categories/news/la-surete-de-letat-ne-conclut-pas-quihsane-haouach-est-membre-des-freres-musulmans/>>, (Consulté le 12-07-2021).

[27] RTBF, Affaire Ihsane Haouach : quand la presse cède à la tentation, 12-07-2021, << https://www.rtbf.be/info/dossier/chroniques/detail_affaire-ihsane-haouch-quand-la-presse-cede-a-la-tentation?id=10802649>>, (Consulté le 12-07-2021).

[28] Ibid.

[29]CUMULEO, Thierry Detienne, << https://www.cumuleo.be/mandataire/6562-thierry-detienne.php>>, (Consulté le 13-07-2021).

[30]CUMULEO, Johan Dhondt, << https://www.cumuleo.be/mandataire/26821-johan-dhondt.php>>, (Consulté le 13-07-2021).

[31] CUMULEO, Mandats de Commissaire du gouvernement/Regeringscommissaris exercés en 2019, << https://www.cumuleo.be/docs/commissaire-gouvernement-2019.php>>, (Consulté le 13-07-2021).

[32] De Morgen, Waar een haast onzichtbare vrouw voor moet boeten, daar komt een machtige partijvoorzitter mee weg, 13-07-2021, << https://www.demorgen.be/nieuws/waar-een-haast-onzichtbare-vrouw-voor-moet-boeten-daar-komt-een-machtige-partijvoorzitter-mee-weg~b58bca40/?referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F>>, (Consulté le 13-07-2021).

[33] Ibid.

[34] L’avenir, Une démission et des explications: «Il ne s’agissait pas de faire d’Ihsane un symbole»,12-07-2021,<<https://www.lavenir.net/cnt/dmf20210712_01596965/une-demission-et-des-explications-il-ne-s-agissait-pas-de-faire-d-ihsane-un-symbole>>, (Consulté le 12-07-2021)

What do you think?

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading…

0
BelgaImage

La Saga politique de la STIB, une brève contextualisation